Avez-vous plutôt besoin de « Reconnaissance » ou de « Sens » ? - EMERGI
16558
post-template-default,single,single-post,postid-16558,single-format-standard,ajax_fade,page_not_loaded,,qode-child-theme-ver-1.0.0,qode-theme-ver-9.5,wpb-js-composer js-comp-ver-4.12,vc_responsive

Avez-vous plutôt besoin de « Reconnaissance » ou de « Sens » ?

Avez-vous plutôt besoin de « Reconnaissance » ou de « Sens » ?

La question est en soi osée puisqu’elle tend à opposer deux besoins fondamentaux. Si ces deux dimensions coexistent en nous, chacune d’elle répond à des tendances symétriques qui se chahutent régulièrement, dans une douce alternance.2016 07 19 Reconnaissance ou sensBesoin de reconnaissance et besoin de sens s’expriment tant du point de vue d’un collaborateur dans sa propre entreprise, que cette même entreprise (à fortiori de service) relativement à son client.

Le besoin de reconnaissance
Il est proche du sentiment de sécurité, de confiance (en soi, en son apport), de stabilité, de sérénité, d’un certain confort. Mode Yin.
Aussi, deux dimensions prennent tout leur sens (sans jeu de mot) :
• L’évaluation : celle-ci concerne habituellement : la performance. Demain s’ajoutera également le sentiment de bien-être du collaborateur, vecteur d’un service client de qualité.
• L’amélioration permanente : à travers des dispositifs de management agile afin d’impliquer chaque collaborateur dans une dynamique collective de créativité en continu.

Le besoin de sens
Le besoin de sens est l’apanage des êtres et des entreprises en mouvement. Mode Yang.
Les clients reconnaissent (sans jeu de mot) en elle :
• L’innovation permanente : le besoin d’adaptation, de modernisation, de faire bouger les lignes, la remise en question permanente des acquis, des certitudes, des façons de faire
• La prise de risque : la capacité à mettre en œuvre à travers l’entrepreneuriat ou l’intrapreneuriat.

Reconnaissance ou sens ?
Ne nous trompons pas, la coexistence de l’un et de l’autre ainsi que l’alternance de l’un à l’autre sont nécessaires afin d’offrir un service à la fois ancré et évolutif en permanence.
L’un comme l’autre contribuent à une qualité de vie au travail, à un bien vivre l’entreprise et sa propre activité, au bien travailler ensemble.
Dans les métiers de services, ces deux dimensions manquent cruellement. Et ce pour différentes raisons.

Le manque de reconnaissance
• La pression du temps : toujours plus vite,
• Une certaine pudeur : qui tendrait à affaiblir le pouvoir managérial (à contrario de sa puissance)
• La course à la sur-qualité : souvent non nécessaire ou attendue et obérant le niveau de qualité déjà atteint…

Le manque de sens
• Une absence de vision permettant d’ancrer les valeurs ajoutées du service presté
• Une pression économique conduisant les prestations vers une performance lisse

La création de valeur passe par le sens et la reconnaissance
Si le manque de reconnaissance et de sens minimise la valeur d’un service, la proposition inverse est fondamentalement vraie. Aussi, la création de valeur dans les métiers de services est loin de n’être qu’une affaire d’économie, l’enjeu se situe ailleurs :
• L’acte d’achat client se doit d’être plus responsable et sachant en terme de valeur ajoutée globale, de différenciation entre les propositions des prestataires
• Chaque prestataire se doit aussi d’intégrer sens et reconnaissance dans le cadre de son management au quotidien, appuyé par une certaine affirmation.

Tous nos articles sont disponibles sur notre blog Emergi

 

Aucun commentaire

Ecrire commentaire

Emergi accompagne les Entreprises et les Entrepreneurs de services à se repenser, se renouveler et se réinventer.